Présentation du Musée d'histoire Bernard Counot

Un musée

                                                 Historique du site   


               Les recherches et fouilles locales d'une équipe de bénévoles alimentent les collections préhistoriques, archéologiques et médiévales de ce musée associatif. 

               Le supposé "LUCOFAO" (d'aprés Frédégaire, VIIème siècle) est un lieu de croisement (le Carron) de deux voies romaines, l'une venant de Montsaon vers Neufchâteau, l'autre (passe devant le musée) de Grand à Pompierre où elle rejoint la voie impériale Lyon-Trêves.                                                                                                                                                                                                                   

        Frontière entre Leuques et Lingons, il avait une certaine fonction administrative au Ier siècle.

  Sanctuaire romanisé de l'eau et du soleil, datant de l'indépendance gauloise, avec son enceinte monumentale (18 000 m2) il décline néanmoins à la fin des empereurs flaviens (80-90 après J-C).
  De la première villa importante dès la conquête), une mosaïque de "Triclinium" est reconstituée, et les fouilles ont permis de découvrir des instruments de chirurgie provenant du sanctuaire, des bronzes remarquables et  divers objets de la vie courante.


  Elle fait place après 90, à la riche villa du IIème siècle, un petit temple existe alors prés de la source, et les intéressantes mosaïques des thermes rappellent encore les cultes du sanctuaire. 
  De cette époque, de nombreux objets sont découverts dont une curieuse inscription, vraisemblablement en provenance du relais routier et un trésor monétaire s'arrêtant à l'impératrice Lucile (+ 183).

  Après les destructions de la fin du IIème siècle, on retrouva une occupation artisanale: officine de céramiques, tuiles et briques, ateliers métallurgiques (affleurement de minerai: limonite), ferme-atelier avec son foyer de culte "déesse Nantosuelta", une araire de type inconnu et un fumoir à viande, seul connu de cette technique dans le monde romain. 

  La première invasion alamane (vers 250 après J-C) ruine définitivement le site et donne naissance au Liffol actuel autour du relais routier supposé

Les fouilles des années 1960

     superposition-de-beton.jpg                    

     Superposition de  bétons            

Radier d'une salle du sanctuaire gallo-romainsur terre battue du fanum de l'indépendance

conduite-clos-mouzon.jpg 


Impluvium (cunette) de la cour de la villa gallo-romaine        

Le site de la Goulotte

la-goulotte.jpg

 
Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site